TALENTS ET BONS PLANS A TOULOUSE !

Humeur

Retour de la ligne A : Chronique d’un été dans le bus.

29 août 2018

Retour de la ligne A : Chronique d’un été dans le bus.

LA LIGNE A A ROUVERT ! Oui, ça me remplit de joie, je suis pourtant pas restée tant que ça à Toulouse cet été, mais le bus quoi … on en parle ? On en pouvait plus non ? !

Alors oui, bien sûr, le moment le “moins mauvais”, c’est l’été, plutôt que de se les geler en février pour attendre ce maudit bus 14 !  

Mais enfin, on a peut-être pas pensé à ce que les gens subissent aussi l’été dans ce bus. Par exemple, dans le bus, c’est un peu comme la météo : y’a officiellement la clim, mais pour la température réellement ressentie, c’est une autre histoire … “Si toi aussi tu as kiffé être collé à la population estivale dans les virages, et pas que…”

Je sais pas pour vous, mais d’être dans ce bus, c’est comme si toutes les sensations étaient décuplées : l’ouie, l’odorat, et notre irritabilité !

Quoi, mais non, j’ai pas envie de changer de place parce qu’une poussette vient de rentrer ! Non mais 10 minutes pour une déviation alors que j’aurais fait plus vite à pieds ! Pourquoi Toulouse est bourré de sens uniques aussi ?!

Enervée pour rien, je te dis…

Et puis le bruit aussi …

Je sais pas ce qu’il y a de pire entre en bébé qui pleure en continu ou les ados qui discutent de leur dernière story Snapchat. Eux, t’as l’impression qu’ils ont augmenté le volume de leur voix de 10 crans, qu’ils veulent à tout prix que tout le monde les entende WESH ! Bon, bah déjà tu vois, j’ai appris des choses, moi, parce que je croyais que WESH ça voulait dire OUI, mais en fait non. C’est une ponctuation, un peu comme le, « con » à la fin des phrases des toulousains pure souche.

Qui transformerait « Hey Bernard, tu la paies ta bouteilleu con ? » en « Oh Kevin, tu la fais péter ta choco wesh ». Et encore, je suis sûre qu’ils disent même plus « faire péter ».

Et puis y’a aussi ces personnes qui systématiquement s’asseoient côté couloir alors que la place côté fenêtre est libre. Que quelqu’un m’explique le projet. Tu préfères admirer la qualité du lino du couloir que d’admirer les rues de Toulouse ? Tu pourrais par exemple checker par la fenêtre où en sont les travaux sur les quais de la Daurade. Entre nous soit dit, ça serait bien qu’un jour on puisse prendre à nouveau prendre l’apéro dignement devant le coucher de soleil…

Et puis, je sais pas si ça vous le fait, mais avec la personne assise côté couloir, y’a toujours un jeu de regard qui se crée quand tu cherches ta place. Parce que clairement, lui il sait qu’il est en tort, mais il bouge pas, il a ce regard qui dit « Ouais je sais, jsuis un peu con, mais je bougerai pas !”

Mais tout ça, c’est fini les ptits potes, lundi matin en prenant le métro, j’étais tellement contente, y’avait une vraie clim, pas de soucis d’embouteillages, j’avais envie de faire un calin au mec de la sécu, et même à la dame qui parle en occitan (au passage, a-t-on vraiment besoin d’une traduction pour les noms propres comme CAPITOLE ou JOLIMONT ? Ou même, d’une traduction tout court ?)

On va pouvoir à nouveau faire la fermeture des bars les vendredis soirs, et courir à 2h58 le samedi pour choper le dernier métro. Plus de couvre-feu le week-end, de dilemme “est-ce que je prends un vélib ou est-ce que je rentre à pieds ? Ah tiens il reste un vélib, j’ai trop de chance. Et non en fait c’est parce que c’est le seul qui marche pas”.

Ca y’est c’est fini, bravo pour ton courage, toulousain, toulousaine, tout va bien se passer wesh.

 

 


Toujours à l'affût de nouvelles découvertes, j'aime écouter les créateurs en tous genres me raconter leur histoire ! Dingue de fromage et groupie assumée, je sais aussi rapper, mais uniquement sur La Tribu de Dana.