TALENTS ET BONS PLANS A TOULOUSE !

ARTISTES

Agathe, la voix enivrante de Toulouse

25 février 2019

Agathe, la voix enivrante de Toulouse

Si tout comme moi vous étiez devant les premières auditions à l’aveugle de The Voice , alors impossible de ne pas avoir été charmé par la prestation d’Agathe, chanteuse toulousaine, sur une reprise d’Etta James. Déjà connue ici, moi je la découvre pour la première fois devant ma télé…une interprétation emplie de sensibilité, sincérité, un talent indéniable à la voix suave et ensoleillée. Un petit rayon de soleil musical qui attire, intrigue et fascine.

Mais qui est elle ? Pour vous mais aussi pour moi,  je suis allée à sa rencontre.

Peux tu me parler de toi ?
Je m’appelle Agathe Da Rama, originaire de Paris j’ai connu la musique très tôt avec une famille pas mal axée sur différentes formes d’art. A cinq ans, je découvre la harpe celtique avec « Une nuit à l’opéra ». Gros coup de cœur, je veux en jouer ! Alors, ma mère met tout en oeuvre pour que j’aille au conservatoire, et pour que j’aie une harpe à la maison. Pendant six ans, j’apprends le classique (harpe/solfège/chorale). Mais à l’adolescence, j’écoute de plus en plus de punk, hip hop. La harpe, j’arrive pas à la fusionner donc j’arrête et passe trois ans dans la sérigraphie industrielle entre Marseille et Toulouse.

Comment es-tu devenue Toulousaine ?
J’ai beaucoup bougé j’ai vécu à Ibiza, Marseille… Quand je fais un stage de troisième ici, la première chose que j’ai connu c’est le Mix’art Myrys. J’ai fait  whaou (haha) je veux venir ici ! Toulouse, je t’aime! Quand j’ai eu ma première paie, je suis partie de Marseille toute seule. J’ai trouvé un appart et depuis, que de surprises en surprises. Je suis hyper fière de ce qu’on propose artistiquement ici.

Ton parcours musical ?
A la fin de mon CAP, on me propose de créer le groupe Azad Lab. On tourne en national pendant deux ans,donc j’arrête la sérigraphie, je me mets à fond dans la musique. Ensuite, je continue avec Dawa Deluxe qui a squatté la Dynamo pendant très longtemps avec beaucoup de concerts Jazz/Hip hop sur Toulouse, de 2013 à 2016. Ça s’arrête, mais j’ai des compos en stock…Je monte mon groupe Agathe Da Rama en 2016 avec moi au chant/harpe, Joris Ragel à la guitare électrique, Guillaume Gendre à la contrebasse et Benjamin Naud à la batterie. On fait du Jazz/Hip hop. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus Rock/Trans Rock/Aphrodite. En 2017, on sort notre premier EP « 7 times » mais c’est surtout en 2018 que les choses ont commencé en se faisant voir sur les scènes régionales.

Que peux-tu nous dire sur tes chansons ?
Exclusivement des chansons anglophones…Mes textes avec quatre musiciens qui composent ensemble. J’aimerais énormément chanter en français, mais je veux trouver ma façon de le faire, de l’interpréter, groover sans en faire des caisses, je prends le temps. Mes textes ont toujours attrait au vécu, au ressenti. Je suis assez fascinée par les rapports humains, où comment deux humains (pour moi un humain est un monde en lui même) peuvent en créer d’autres ensemble, comment une incompréhension arrive dans une relation, comment l’amour arrive là dedans. Pour les personnes non anglophones qui comprendraient pas c’est un peu poétique avec beaucoup de métaphores même un peu surréalistes, nonchalant dans l’écriture.

Comment es-tu devenue candidate The Voice ?
Ne jamais dire jamais! Je m’étais dis que jamais je ferais une émission pareille. Honnêtement, j’ai jamais regardé The Voice, quasiment pas TF1. C’est pas du tout ma culture ! Ils m’ont appelée après nous avoir vus au Printemps de Bourges. Au début, j’ai rigolé genre « pfff ouais c’est ça ». Curieuse,je suis montée à Paris rencontrer des gens qui m’ont apporté les réponses à mes questions. J’ai failli ne pas le faire… Grosse discussion dans le groupe, c’est pour ça que je l’ai fait sous le nom d’Agathe seulement, pour mettre un peu plus de distance…

J’ai vraiment voulu protéger les gars avec qui je travaille, eux même m’ont poussée à faire attention car y a des choses que je voyais pas forcément. J’ai eu peur que ça puisse casser quelque chose dans le groupe, nous fermer des portes. C’est tellement pas nous cette émission, tellement pas moi que du coup je me suis dit, sois toi même à 300% !


Crédits : Facebook Agathe Da Rama

Ton aventure dans l’émission ?
J’ai essayé de vivre l’aventure quand je me suis rendu compte que j’avais des rencontres humaines à faire, notamment en faisant des aller-retours à Paris, en rencontrant une équipe de directeurs artistiques complètement fou fous (rires) mais assez bienveillants. Y a des acharnés de travail là dedans… Toutes les personnes en régie, c’est la folie ! On discute entre nous, on fait les cons. J’ai rencontré des gens adorables comme Amsi, venu chanter l’hymne américain avec qui j’ai parlé féminisme. C’était excellent toutes ces rencontres, de découvrir ce qu’était la télé. J’ai vraiment joué le jeu, ce qui m’a permis d’apprendre de moi-même. J’ai été moi pleinement dans cette aventure jusqu’à présent.

Ta prestation ?
Je suis pas hyper contente de ma prestation, après elle était plutôt honnête. Les gens qui aimeront ne pourront qu’aimer la suite. Je pense qu’ils ont vu un petit bout de mon âme, vu que j’essaie de la mettre dans tout ce que je fais. J’espère que ça continuera à les embarquer, à les toucher chez eux…qu’ils vont venir nous voir en concert.

Les quatre membres du jury se sont retournés, se sont « battus » pour t’avoir. Quel est ton ressenti ?
Ça fait plaisir! J’étais flattée, j’suis chanteuse j’ai un ego (rires) ! Toute gênée, petite enfant, j’ai pas l’habitude. Y a tout qu’est en mode sensations sur le plateau, une atmosphère hyper cadrée du coup je peux pas m’empêcher de me dire que c’est orchestré d’un coté et de l’autre je me dis « Bon bah, j’ai qu’à le prendre » (rires). Après honnêtement j’ai pas besoin d’eux, de leurs avis. Pour moi, c’est même un peu léger en matière de retour, mais il faut savoir que derrière, y’ a d’autres professionnels qu’on ne voit pas, qui sont très bons, de vrais bosseurs. Je dis pas que le jury c’est pas des vrais pros, je dis juste qu’on travaille pas avec eux en fait mais avec d’autres gens qui sont dans l’ombre.

Pourquoi avoir choisi Mika ? Par feeling ? Par hasard ?
Ni l’un ni l’autre…beaucoup de réflexion ! Tout d’un coup je me dis »Whaouh, alors y a 4 jury dont je me sens pas du tout proche comment je vais faire? ». J’avais un peu éliminé Jenifer et Julien Clerc quasi instantanément, avant même le plateau. La personne dont je me sentais le plus proche c’était Soprano, mais juste parce que j’écoutais Psy 4 de la rime à 11 ans ! J’ai choisi Mika car je me suis dit que vocalement il est très technique, qu’il donnerait de bons conseils pour le coaching scénique. J’avoue que le block c’était un petit coup de violon, mais ça m’a aussi touchée qu’il grille son joker pour moi (les membres du jury ont la possibilité de bloquer un coach pour ne pas qu’ils soient choisis par l’interprète, ndlr).

Quand tu n’es pas sur scène qu’aimes-tu faire?
En dehors de la musique, j’adore la danse. Je fais pas mal de muscu et cardio. Je dessine un peu, d’ailleurs c’est souvent quelque chose qui nourrit mes textes ou inversement. Passer du temps avec mes potes, voyager.

Des envies ?
Mon but c’est de faire des tournées mondiales. Ne pas m’arrêter à la France même si y a plein d’endroits à voir ici. J’ai envie de voyager avec la musique.

Des endroits préférés à Toulouse ? Des bons plans ?
J’ai grave mes QG comme l’Impro, le OBohem, le Breugghel. Des petits restos que je kiffe énormément: Aux pieds sous la table, le petit Bacchus. J’ai mon vietnamien préféré pas cher et bon: Saveur Vietnam. J’aime bien les endroits extérieurs, genre aller squatter les parcs, berges avec une bière et les copains.

Je te laisse le découvrir l’aventure d’Agathe sur Instagram ou/et Facebook😉 

En attendant je te donne rendez vous le 21 mars au chapeau rouge où son groupe se produit dans le cadre du festival Drums Summit, tu voudrais pas louper ça hein?

* obligatoire

Artiste dans l'âme et chanteuse sur Smule au grand désespoir de mes voisins, j'aime l'art sous toutes ses formes. Avec Bien vu Bobby je partage avec vous mes rencontres artistiques mais aussi certains événements de notre belle Toulouse.