TALENTS ET BONS PLANS A TOULOUSE !

BONNES IDEES

Découvre Drive tout nu, le vrac sans emballages !

27 mars 2018

Découvre Drive tout nu, le vrac sans emballages !

Un jour en 2001, le téléphone a sonné … et je suis devenue animatrice scoute à Baziège. Dans la troupe, il y avait David et Pierre. Qui m’aurait dit qu’en 2018, j’interviewerai Pierre et sa femme pour un super projet ! Comme on dit, le monde est un village !

Le drive tout nu, qu’est-ce que c’est ?
Le drive tout nu est le premier drive de produits en vrac conditionnés uniquement dans des emballages réutilisables. Actuellement en période de test grandeur nature, Pierre et Salomé ont l’ambition d’ouvrir prochainement leur premier drive en dur à Toulouse. Ils comptent par la suite développer leur modèle dans toute la France pour multiplier l’impact de leur action en faveur d’un commerce éco-responsable.

©drivetoutnu

Quels sont vos parcours ?
Salomé : J’ai fait des études à l’IEP d’Aix en Provence. J’ai ensuite travaillé pendant 2 ans en tant que directrice dans un EHPAD (maison de retraite) à Marseille, puis pendant 4 ans dans le secteur associatif à l’AMPA. J’ai rencontré Pierre à San Francisco en 2013. J’ai quitté mon CDI en novembre 2017.

Pierre :  Je suis originaire d’une famille espagnole. Mon grand-père gardait tout, il y avait très peu de déchets. Cet état d’esprit et environnement m’a influencé. J’aimais la nourriture, son aspect central et le côté chaleureux des repas. Cela m’a amené à faire des études en tant qu’ingénieur agronome à Purpan. Je me suis investi dans l’humanitaire en Afrique, au Népal et au Mali. J’ai été consultant en export et chef de secteur en région parisienne. J’ai eu l’idée du drive tout nu lors de mon voyage à San Francisco en 2013. Mi-octobre 2017, j’ai quitté mon CDI.

Comment est né l’idée de votre projet ?
P : Lors de mes expériences dans l’humanitaire, j’ai constaté que même là-bas, il y avait beaucoup de déchets. Le tri c’est bien mais ce n’est pas forcément le plus pratique. Tout le monde n’y pense pas ou ne le fait pas. La gestion des déchets représente presque 9,5 milliards d’euro en France (planetscope). On s’est beaucoup interrogé avec Salomé pour simplifier au maximum le circuit des achats en vrac. J’ai fait une première tentative de drive en 2013 mais c’était trop tôt. Le public n’était pas réceptif. La première épicerie sans emballages est la Recharge à Bordeaux.

©drivetoutnu

De qui vous êtes vous entourés ?
S : De juin à décembre 2017, nous avons intégré le parcours incubateur de ticket for change (de l’idée au projet). Cela a été une vrai impulsion pour notre projet ! C’était un accompagnement vraiment orienté ESS (économie sociale et solidaire). Nous avons aussi été accompagné au niveau local via le parcours ADRESS. Plusieurs experts ont pu répondre à nos questions. Nous avons été sélectionnés pour intégrer Paris Pionnières / Willa. C’est un incubateur en région parisienne qui a une action pour la mixité dans les startups.

Au sein du projet, nous sommes 3 à plein temps : Pierre, Matthieu qui s’occupe du développement et moi (Salomé). Jérémy Calli est aussi présent en tant que directeur artistique. Nous sommes aidés par l’agence de communication les Polissons, qui nous a ‘’catapulté’’. Nous lançons une campagne de crowdfunding sur Ulule en avril 2018.

P : Nos familles et amis nous ont bien soutenus. Au départ, il y a toujours quelques questions, de la surprise quand on lâche un CDI. Après, l’entourage réalise à quel point nous sommes épanouis. En plus, le public est très réceptif ! C’est une vrai joie.

©drivetoutnu

En quoi ce projet répond à vos aspirations profondes ?
S : J’ai choisi de faire mes études à Science Po en espérant trouver ma place et avoir un impact positif. Avec l’entrepreneuriat, j’ai vraiment choisi et trouvé ma place. A la différence du milieu associatif, un entrepreneur dépend moins des subventions. Je me sens beaucoup plus indépendante. C’est notre façon de faire notre part à la façon des Colibris.

P : Le Drive Tout Nu correspond à ma façon de voir les choses. J’avais envie d’apporter ma pierre à l’édifice. J’étais aussi un peu déçu de mes expériences dans l’humanitaire un peu trop compliquées. Mettre 3 millions en 2 ans sur un projet qui ne sert pas, c’est frustrant ! J’avais envie de mettre en place des échanges solidaires, de créer du lien et de permettre aux gens sur place de vivre avec leurs ressources et de les valoriser, de les former pour cela au besoin. J’appréciais mon métier de consultant mais il manquait quelque chose. Là, je suis où je veux être. J’ai trouvé mon ikigaï (philosophie de vie japonaise, permettant de trouver le job fait pour soi, ndlr) ! C’est agréable de pouvoir valoriser des produits bio, locaux !

©drivetoutnu

Votre projet de vie et projet professionnel sont interconnectés. Comment vous vous organisez ?
S : Oui c’est vrai. Pierre et moi sommes complémentaires. Pierre est sur la partie technique. Je suis plus sur le faire savoir. Nous avons des domaines de compétences bien définis et chacun est leader dans son domaine et est déterminant dans les décisions qui concernent celui-ci. Ce qui fait que même si nous travaillons ensemble tout en étant mariés, nous pouvons parfois ne pas nous voir de la journée !

©drivetoutnu

Si vous aviez un conseil à donner à un jeune avec un projet de création d’entreprise ?
S : Go, fonce !

P : Il faut commencer. Le plus dur, c’est le premier pas. Il faut avancer et tirer le fil. On fait des rencontres enrichissantes. Il y a des rebondissements tous les jours !

Pratique 

Drive tout nu
Du 16 au 30 mars
Venez récupérer toutes vos commandes
chaque vendredi de 16h30 à 19h30
à Momentum – 53 rue de la Colombette – 31000 Toulouse


La tête dans les étoiles, je mets ma plume au service de Bobby pour le plaisir ! I'm amoureuse de livres, de beauté et d'Art ! Content & editorial redactor freelance, artiste peintre, tatie au top, ... , it's my life :D !